Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Cabinet Ducatez, Agence immobilière CASTRIES 34160

L'actualité de CENTURY 21 Cabinet Ducatez

Comment calculer la rentabilité d'un investissement locatif ?

Publiée le 17/10/2011

Il existe trois façons de calculer la rentabilité d’un investissement immobilier, nous vous les expliquons…

La rentabilité brute :

Elle est calculée par rapport au prix d’acquisition du bien et ne prend en compte que le loyer brut annuel perçu.

->Le calcul est le suivant : Taux de rentabilité brute = 100 x (loyer mensuel x 12) divisé par le Prix d’acquisition du bien. Le prix d’acquisition comprend également les frais relatifs à cette acquisition (notaire, agence immobilière, crédit…). La rentabilité brute est un indicateur souvent utilisé comme argument de vente mais ne reflète en général pas la réalité, car il ne prend en compte que les loyers.

 

La rentabilité nette de frais et charges :

Elle est calculée par rapport au prix d’acquisition mais en tenant compte des frais liés à l’entretien et la gestion du bien immobilier. Elle part du principe qu’un investissement immobilier nécessite des frais pour pouvoir continuer d’être loué aux prix du marché ou pour le valoriser. La plupart des charges sont prises en compte pour ce taux.

->Le calcul est le suivant : Taux de rentabilité nette = 100 x (loyer mensuel x 12) Moins la Taxe foncière Moins la Charges non récupérables Moins la Frais de gestion Divisé par le Prix d’acquisition du bien.

Les frais pris en compte pour le calcul de la rentabilité nette de frais et charges sont :

• La taxe foncière (un mois de loyer environ, soit à peu près 8 % des loyers annuels). Les charges non récupérables auprès des locataires comme les honoraires de syndic,

• Les changements de locataires (ou vacances locatives) durant lesquelles le loyer n’est pas perçu (en général 1 mois tous les 3 ans, plus pour les petites surfaces où le taux de rotation est plus important),

• Les travaux d’entretien courants,

• Plus les frais de gestion et les assurances éventuelles loyers impayés.

 

La rentabilité nette :

Elle est calculée en prenant en compte les recettes après impôts, ainsi que les éventuelles déductions obtenues par des programmes spécifiques (Borloo, Robien…) ou des travaux de réhabilitation. C’est le taux le plus proche de la réalité mais aussi le plus complexe à calculer puisqu’il dépend de la fiscalité du bailleur.

 Toutefois, ce taux n’est valable que si la situation de l’investisseur ne change pas. En effet, des revenus en moins (retraite, chômage…) ou supplémentaires peuvent modifier sa situation fiscale et influencer la rentabilité (plus l’investisseur paie d’impôts, plus l’économie sera importante par exemple).

Les différences entre la rentabilité brute et la rentabilité nette peuvent s’avérer importantes. Cependant, le niveau de rentabilité d’un logement ne doit pas être le seul critère de choix pour investir dans l’immobilier locatif.

En effet, même si le logement offre une faible rentabilité, un bien immobilier peut offrir d’autres avantages, comme celui de loger des membres de sa famille ou servir de résidence secondaire, et il permet surtout de se constituer un patrimoine.

De plus, le taux de rentabilité ne prend pas en compte l’éventuelle plus value pouvant être réalisée dans le cas d’une revente du bien.

 

Source : article extrait du site www.toutsurlimmo.com

Notre actualité